naissance:

1979, Maisons-Laffitte, France

parcours:

artiste peintre autodidacte

media:

peinture à l'huile, écriture

empreinte:

créateur du "graphieros", langue construite spécialement pour s'agencer dans les structures hexagonales de ses texto-peintures.

Qu'est-ce que le graphieros?

Le graphieros est une langue construite, ou idéolangue, inventée par Alec Lloyd Probert à partir de 2017, dans le but est d'être intégrée dans la structure de ses tableaux.

C'est une langue idéogrammatique, composée d'un corpus de 400 glyphes environ. Chacun de ces glyphes représente une idée, un concept, ou un objet.

En combinant ces glyphes entre eux, il est possible de représenter des milliers de verbes, objets, idées différents.

être

[ma]



vivre

[sa]

Tous les glyphes du graphieros sont construits à partir de l'hexagone régulier.

Ce polygone à 6 côtés égaux peut paver une surface sans laisser de vide autour de lui. Le triangle équilatéral possède la même propriété. Et un hexagone régulier est composé de 6 triangles équilatéraux.

Cette propriété fascinante permet d'inclure le langage dans la structure géométrique du tableau. Langage et apparence se confondent, il devient possible de peindre et d'écrire simultanément.

Mais pourquoi inventer un langage?

Il eût été plus facile de remplir ces hexagones avec des lettres de l'alphabet, ou d'utiliser une langue idéogrammatique déjà existante.

Mais ces expédients n'auraient en rien justifié l'usage de l'hexagone, qui n'eût été qu'un contenant. Il était fondamental que l'apparence de l'hexagone fût à l'origine de la géométrie même du langage.

Les glyphes épousent la structure des hexels (pixels hexagonaux) des tableaux, comme une corde d'énergie sur une dimension de Planck.




Sur une table: un verre, un soliflore, deux bougies, un livre et une bouteille. Nous considérons au quotidien chacun de ces objets comme des entités distinctes, délimitées, et pas comme l'amas de particules interagissantes qu'ils sont en réalité.

L'intuition géniale de Démocrite et sa confirmation quelques millénaires plus tard nous racontent la matière comme un tissu à la fois fragmenté et continu, où l'agencement des éléments dans le vide donne lieu, par le jeu des interactions entre leurs particules, aux phénomènes que nous percevons. Toute chose serait ainsi constitutive d'une grille, dont les dimensions minimales seraient définies par les unités de Planck. Peut-être trouverons-nous un jour quelque autre clé nous permettant d'entrer plus profond encore dans la petitesse de la structure de la matière. L'état des hypothèses en ce début de 21ème siècle témoigne encore de ces unités comme de dimensions où s'arrête la possibilité mathématique d'un en-deçà.

La matière occuperait cette grille, comme des billes sur un plateau de solitaire. Cela reviendrait à dire que la structure sur laquelle se dépose ou s'exprime la matière est façonnée par des points. Il s'agit d'une définition métaphorique, permettant l'abstraction de ces idées scientifiques vulgarisées dans le domaine de l'art et du langage en particulier. Un point, pour les composants vibratoires d'une particule, comme un trou pour une bille.

Or, si tout part du point puisque rien ne lui peut être plus petit, les points doivent s'arranger entre eux pour constituer la maille du monde. L'observation de la nature nous apprend souvent que celle-ci tend à exprimer un optimum dans l'agencement des matières, ou dans la consommation d'énergie. Les structures produites par cette économie tiennent de la presque parfaite géométrie, que ce soit au niveau atomique pour le diamant, ou animal pour les abeilles et leur génie ingénirique ancestral. Tout porte à imaginer que l'expression de cette économie au niveau des dimensions de Planck ne soit pas géométriquement différente de ce que nos yeux nous offrent de contempler des structures naturelles. Ainsi, pour qu'il y ait matière, il faut qu'un deuxième et un troisième point viennent s'agencer autour du premier, sans jamais le chevaucher, et de la façon la plus économiquement nécessaire. Au fin-fond du plus petit de la matière, retrouverions-nous les idées de Pythagore?

Pour mieux comprendre les tableaux, savoir décrypter le graphieros est essentiel. Le livre La clé a été écrit pour éclairer le fonctionnement de cette idéolangue, et donner toutes les ressources au lecteur pour en crocheter les serrures.







Chat code-30*30cm-2017

Socrate-30*30cm-2018

L'île bienheureuse-81*65cm-2018

Hidden-60*30cm-2018

Le fil-40*40cm-2018

K code-65*54cm-2017

manifeste-80*80cm-2017

la caresse des galaxies lointaines-116*81cm-2018